40ème Journées européennes du Patrimoine



À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine qui auront lieu samedi 16 et dimanche 17 septembre 2023, nous vous invitons à découvrir ou redécouvrir les lieux emblématiques de la commune, comme la Tour de Capannedda, l'Étang de Tanchiccia ou encore les églises de Sarra di Farru, Porti Poddu, Petra Rossa et Tassinca.
Nous vous convions également le dimanche 17 septembre à 11h00, à l'espace JM FIAMMA, pour assister à la conférence de Kewin PECHE-QUILICHINI : I Shardani fora ! 📚
Dans le même cadre, les élèves de l'école de Sarra di Farru auront la chance de découvrir le métier de berger aux côtés d'Angélique CIANFARANI. 🐑

CONFÉRENCE DE KEWIN PECHE-QUILICHINI : I Shardani fora !

Historiographie et perspectives d’avenir d’une vraie fausse invasion de la Corse à l’âge du Bronze
Kewin Peche-Quilichini est archéologue et céramologue, spécialiste des sociétés méditerranéennes de l'âge du Bronze. Il dirige aujourd'hui le musée de l'Alta Rocca et réalise des fouilles dans le sud de l'île.
Il est depuis 2021 le directeur des fouilles de Filitosa.
Dans les années 1960, Roger Grosjean, le grand préhistorien de la Corse, développe une théorie contant une invasion de l’île durant l’âge du Bronze, vers 1400 av. J.-C., par les guerriers Shardanes, peuplade belliqueuse connue pour sa participation aux raids des Peuples de la Mer contre l’Egypte des Ramsès. Le point de vue du chercheur se fonde sur son analyse des statues-menhirs (stantari) et des torre, monuments emblématiques de l’âge du Bronze insulaire. A sa mort en 1975, cette interprétation est débattue puis abandonnée, grâce à l’apport de nouvelles enquêtes archéologiques. Aujourd’hui, la synthèse des données permet de revenir sur certains aspects de la théorie shardane, et pourrait aboutir à une reconsidération : Roger Grosjean avait-il déjà tout compris, mais à l’envers ?


Nouveau commentaire :


Recherche






Facebook



    Aucun événement à cette date.






Inscription à la newsletter

Le site a été financé dans le cadre de la mesure 1,5 du DOCUP intitulé accroître les échanges par les technologies de l'information
et bénéficie a ce titre de la participation financière de la Communauté Européenne, de la Collectivité Territoriale de Corse et de l'Etat.